Les indicateurs de qualité Qualiopi 2021

Qualicopi 2021

Il ne faut pas perdre de temps pour décrocher la certification Qualiopi. Même si la date d’application des nouveaux critères est repoussée au 1er janvier 2022. Pour avoir cette nouvelle certification, il faut compter 6 à 8 mois entre le début de la préparation et la délivrance de la certification. Mais quels sont ces nouveaux indicateurs de qualité Qualiopi ?

Qu’est-ce que la certification Qualiopi ?

Qualiopi est une certification qualité donnée aux prestataires proposant des formations et des développements de compétences. Seul un organisme certificateur approuvé par le COFRAC peut délivrer ce certificat. De plus, la loi n°2018-771 du 5 Septembre 2018 renforce cette liberté dans le choix d’avenir professionnel. Cette certification sera la seule permettant de bénéficier des fonds de financement publics et/ou mutualisés. Les organismes qui proposent des actions de formations, de bilan de compétences, de V.A.E et ou d’apprentissages sont les bénéficiaires de ces fonds.

Dans cette certification, il y a deux référentiels. D’un côté le référentiel national qualité ; et de l’autre le référentiel national de certification Qualité.  La différence entre RNCQ et RNCP c’est que le premier permet l’obtention de la certification Qualiopi. Pour acquérir de plus amples informations, cliquez ici. Quant au Répertoire National des certifications professionnelles, il permet de se tenir à jour concernant les diplômes et titres à des fins professionnels et les certificats de qualification professionnelle. Ce sont les commissions paritaires nationales de l’emploi des branches professionnelles qui mettent en place cette liste.

Les indicateurs de qualité pour l’obtention d’une certification Qualiopi

Un organisme doit rassembler les 7 critères Qualiopi pour acquérir une certification :

  •      Critère 1:  Savoir communiquer sur l’offre : Cela consiste à présenter, de manière claire, les offres de formation proposées. Il peut s’agir du contenu, des indicateurs de résultats. Le but est de garantir une transparence.
  •      Critère 2:  l’identification des objectifs et l’adaptation des prestations. Le but étant de pouvoir proposer des offres modulables et personnalisables selon le profil des apprenants, afin de répondre à leurs besoins.
  •      Critère 3:  s’orienter plus vers l’accompagnement des apprenants. L’organisme formateur doit pouvoir guider, informer et aussi former l’apprenant. Il doit être en mesure d’anticiper les éventuelles difficultés. Ce 3ème critère informe sur le déroulement des formations au quotidien. Cela a pour but de limiter les risques d’abandons.
  •      Critère 4: adéquation des moyens pédagogiques, d’encadrement et technique. Ce point exige des détails concernant l’ensemble des moyens mis en œuvre pour garantir la réussite de la formation. L’organisme doit présenter plusieurs justificatifs aux organismes certificateurs comme les justificatifs sur les matériels et locaux d’accueil ou encore des ressources pédagogiques et les équipes.
  •      Critère 5: la formation des formateurs au sein de l’organisme formateur. Il est question ici de la vérification des qualifications et le développement des personnels s’assurant du bon déroulement de la formation.
  •      Critère 6:  l’investissement dans l’environnement professionnel. Cette partie met l’accent sur la capacité d’adaptation de l’organisme à suivre les innovations pédagogiques comme technologiques que demande le monde de la formation.
  •      Critère 7: la prise en compte des retours clients. Ce dernier critère juge l’organisme sur sa faculté à gérer les réclamations et les appréciations des clients. Il vise à apporter des améliorations permanentes dans l’organisme de formation.

Qualiopi 2021 : les dispositions à prendre en compte

Il est préférable de se préparer avant l’arrivée de la date de mise en application des nouveaux critères Qualiopi. La première chose à faire c’est de se documenter en lisant le référentiel du RNCQ. Ce document montre les détails de tous les critères indispensables à la certification Qualiopi. Ce référentiel est présent dans le décret du 6 juin 2019. Pour les prestataires de formation, 22 critères sont à valider. Tandis que pour ceux avec des activités spécifiques, d’autres indicateurs d’appréciations supplémentaires sont à prendre en compte. Le guide du Ministère de travail est également un document essentiel pour se préparer à l’arrivée des nouveaux indicateurs de qualité. Ce guide fournit des éléments de preuve, mais aussi les organisations à mettre en place pour la validation des indicateurs d’appréciation d’un organisme de formation.

La clé de réussite, dans le processus d’acquisition de cette certification, est de mettre en place un système documentaire bien défini. De plus, les préparatifs pour le DataDock restent un réel bagage, car les deux préparations ne sont pas bien différentes. Solliciter l’aide d’un cabinet de conseil permet également de bien se préparer à cette transition. Cela va avec des formations pour faciliter le processus de démarche qualité. Enfin, le choix d’un certificateur accrédité doit être pensé à l’avance. Un certificateur accrédité par le COFRAC est le meilleur choix à faire. De plus, cet organisme certificateur peut s’occuper de l’audit du moment qu’il est accrédité.

Quelles exigences requièrent la certification Qualiopi ?

Le bilan pédagogique et financier est un élément primordial pour obtenir un devis. Il sert à déterminer le temps de l’audit par le biais des chiffres d’affaires. De plus, c’est une des conditions de recevabilité, d’un organisme formateur, mis en place par le COFRAC.  Les organismes certificateurs doivent également réaliser en amont cette revue avant de déterminer un devis. Tout cela est conditionné par les procédures internes. Il faut savoir que la conformité des pratiques des centres formateurs n’est pas réglementée par la Qualiopi. Cette dernière ne détermine que la qualité des prestations données par ces organismes certifiés.

Il est important de noter également que même si l’organisme formateur ne donne pas de formation tout au long de l’année, cela n’affecte pas la certification. Seul un numéro de déclaration d’activité, qui n’est pas à jour, peut rendre le certificat invalide. Malgré cela, faire parvenir un BPF doit se faire périodiquement même en cas d’inactivité. À défaut de le transmettre, la déclaration d’activité ne prend plus effet, et le certificat aussi.